Accueil / Equipe nationale / Championnat d'Afrique des nations / CAN2016 : l’heure est au bilan
Tunisie

CAN2016 : l’heure est au bilan

A l’issue du championnat d’afrique des nations samedi dernier au Caire , l’heure est au bilan. Le staff technique aurait-il fait les bons choix ? Aurait-on pu gagner cette CAN ? les arbitres sont-ils la cause de notre malheur ?

Viser le long terme:

A son arrivé mi-avril dernier, le sélectionneur national Sylvain Nouet avait déjà insisté sur l’importance du travail à long terme pour relancer le Hand-Ball tunisien : « Il faut arrêter de travailler sur le court terme. La sélection actuelle est très jeune, il faut viser le moyen et le long terme. Nous avons besoin de fondations solides pour que la Tunisie renforce sa place au sein du hand-ball mondial ». Il avait aussi souligné que l’équipe avait manqué de rigueur et de valeurs durant le dernier mondial.  » Il faut redonner de la confiance et de la cohérence à cette équipe ».

Les résultats viendront après. Ce ne sera pas facile, mais je veux que l’ensemble des joueurs et du staff comprennent quels sont nos objectifs. La qualification est importante, mais nous avons beaucoup de priorités ».
Une vision , une stratégie et des objectifs à long terme c’est ce qui semble manquer au handdball tunisien. On veut des résultats tout de suite et maintenant un problème qui sévit dans certains clubs du championnat tunisien mais pour cela il faudra en avoir les moyens.

 Le groupe est plus important que l’équipe :

La première priorité du staff technique était de bâtir un groupe solidaire et cet objectif semble avoir été atteint.

Avant même le départ au Caire , la mentalité a changé : l’ambiance au sein du groupe et le sérieux des joueurs faisaient déjà partie des satisfactions de Nouet : « il n’y avait pas de groupe lors du dernier mondial. Maintenant, nous avons une ambiance de travail, de collaboration et de responsabilisation. Les joueurs se réveillent seuls, n’arrivent pas en retard à l’entrainement. La mentalité a changé et c’est un acquis pour nous ».

Anouar Ayed son adjoint l’a aussi confirmé de retour d’Égypte lors d’un passage à la télé « je suis très fier de mes joueurs , ils forment un groupe solidaire et solide dans lequel j’ai senti la rage de vaincre . Ils étaient prêts à tout donner pour la sélection et avec cette mentalité on pourra aller très loin .

Préparation à la CAN : Retard considérable:

Le technicien français l’avait déjà souligné que la Tunisie jouera pour le titre, mais qu’un échec ne sera pas une catastrophe : « si on compare notre préparation à celle de l’Égypte, je peux dire que nous avons un retard considérable ».

L’équipe a été renouvelée à 50%. Il y a eu trop de changements en un temps record. Nous jouerons pour le titre, mais un échec ne sera pas une catastrophe. Je pense que nous sommes sur la bonne voie avec une nouvelle forme de management et une nouvelle conception du Hand-Ball. C’est une application pour l’avenir. Les fondations mises en place sont de valeur.

Lors de cette CAN , la Tunisie n’a encaissé que 20 buts en moyenne par match et disposait de la meilleure attaque au terme de la phase de poule, mais c’est l’équilibre entre l’attaque et la défense qui a posé problème. Certains joueurs ont eu de mal à trouver leurs marques. Le choix des 18 joueurs par le staff technique s’est porté sur cela entre autres , des joueurs qui peuvent jouer la défense et faire la transition vers une montée en attaque rapide. Les matchs contre l’Angola et le Cameroun ont contesté . Des doutes étaient permis. Lors de la finale aussi Jallouz semblé perdu en défense alors que Sobi Saied semblé être à bout de souffle. Sans parler des ratages en deuxième période. Du travail reste à faire.

amin bannour blessé

Des arbitres russes malhonnêtes:

Les membres de la délégation tunisienne , le staff technique et les joueurs l’ont crié haut et fort qu’ils ont été l’aisé par l’arbitrage. « Ils n’arrêtaient pas de nous mettre des bâtons dans les roues « déclaré le pivot de l’équipe nationale Chouiref à une radio nationale. « même à 12 sur le terrain on n’aurait pas pu gagner…cette injustice nous a fait tous pleurer » rajouté le capitaine Mahmoud Gharbi en parlant de la finale.

Sans aucun doute , ça sauté aux yeux de tout le monde . La paire arbitrale russe a sanctionné les tunisiens à maintes reprises pour des marchés imaginaires des mauvais blocages des reprises même, un carton rouge et plusieurs deux minutes et n’a sifflé aucun pénaltie en notre faveur en 60 minutes de jeu.

Mais cela était prévisible dès le départ pas dans ses proportions certes, mais on le savait déjà. Les combines étaient entamées avant la CAN au dire d’un membre fédérale et membre aussi de la confédération africaine de handball. Les Égyptiens ont réclamé de changer la paire slovène que devaient siffler cette compétition par celle russe car ils auraient séjourner à Sousse pendant deux semaine lors du championnat arabe octobre dernier.

La CAHB aurait elle le pouvoir de protéger la CAN ?

La question se pose au vu de telles exactions la dernière en date subies par l’équipe fémine de handball en Angola ou sa rencontre fut stopper une heure contre les Angolaises qualifiées aux J.O de Rio.

Mais pour elles les chances semblent minces au prochain TQO en France en mars alors que pour les hommes tout reste jouable début avril prochain face à la Pologne , la Macédoine et le Chili.

Voir aussi

affiche

Gabon 2018 : Finale Tunisie – Egypte , une revanche à prendre

L’équipe nationale de Tunisie a validé jeudi sa place en finale du championnat d’afrique des …